Accueil du site > La nuit du conte > 7 éme édition > Le Mémorial International du conte PAUL HENRI GERARD, 7ème édition

Le Mémorial International du conte PAUL HENRI GERARD, 7ème édition

Le Mémorial International du Conte, aura lieu du 02 au 09 novembre 2010.

vendredi 24 septembre 2010

ZIGZAG PROD’ présente LE MÉMORIAL INTERNATIONAL DU CONTE « PAUL HENRI GÉRARD » 7ème ÉDITION qui aura lieu du 02 au 09 novembre 2010 en Guyane, avec le Burkina Faso, Haïti, le Surinam, la Réunion, la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane.


Bienvenue sur le site de Zigzag Prod’. Vous pour avoir et recueillir toutes les informations, les horaires, les tarifs et l’accès au mémorial.

Nous y remercions également tous nos soutiens et mécènes, les entreprises, les partenaires et les sponsors qui contribuent chaque année à la réussite de cette évènement.

LE MOT DU PRESIDENT Rémy AUBERT

« Palò fon tchò »

Bienvenue au Mémorial International du Conte Paul Henri Gérard !

Le Mémorial International du Conte Paul Henri Gérard, « Piti piti toti ka monté montangne » est avant tout une aventure humaine extraordinaire entre des hommes et des femmes unis autour d’un même projet pour la promotion du conte et de la Guyane. Valoriser notre espace et nos potentialités, être une locomotive pour la jeunesse, un relais culturel, une passerelle, un lien dans notre histoire et dans nos histoires. Un évènement à caractère international qui trouve son sommet dans la charmante commune de Mana, qui en tout éclat et générosité offre son cœur à tous ceux qui viennent de près ou de loin chercher le bien être, la douceur de vivre et le partage quotidien des valeurs de nos anciens qui foisonnent dans notre chemin habituel. Marcher avec fierté mais avec humilité, prendre mais donner, faire, mais ne pas défaire, faire le fort mais aider le plus faible, être en bonne santé mais soutenir ceux ne le sont pas, vivre mais sans ignorer et mépriser l’autre car Anne-Marie nous dit que la plus grande charité guérit tous les maux. Voici là philosophie de notre démarche et notre cri dans l’art de la parole et dans les actes que chacun d’entre nous devra à chaque instant avoir en point de mire afin que le bien triomphe du mal. Jadis Mme Marguerite Philippe dite « Man Vévé » qui sera à l’honneur dans le cadre du 7èm Mémorial International du Conte Paul Henri Gérard, me contait constamment les grandes histoires de la vie lors de nos moments d’échanges où mes petites oreilles étaient assoiffées et buvaient toutes ses paroles de sagesses avec ses cheveux argentés qui faisaient toute sa grandeur et notre admiration à tous. « Pa tiré boyo pou mété pay » (Ne jeter pas votre bien pour celui d’un autre) parole de « Man vévé ». Sans nul doute c’était son proverbe préféré, car elle nous le répétait à chaque occasion, alors à mon tour de vous en faire bénéficier. Sa lanné-a, nou ké palé di lamaji, di tchenbwazè, di dorlis, di maskilili, di lanmò, di djab, di moun ki ka gajé, alò louvri zòt zorè pou zòt pouvé tandé ké répété plita.

Nous allons aborder et développer pour cette 7ème édition le thème de : « La magie et le spirituel dans le conte ». La Magie Spirituelle est l’art de faire des choses (d’apparence impossibles) par l’esprit. En théorie, tout ce que l’esprit imagine, un Mage Spirituel peut le réaliser. Thème qui dans notre société d’hier et d’aujourd’hui, ont toujours été objet de curiosité et de discorde.

Bon mémorial 2010 à tous ! Dégrémési !

Hommage à Marguerite PHILIPPE dite : « Man Vévé »

Marguerite PHILIPPE dite : « Man Véve », est née à Saint-Laurent du Maroni le 1er Mars 1913. Petite fille, elle a quitté Saint-Laurent et s’est rendue à Sainte Lucie (île dont sa maman était originaire). C’est à 12 ans qu’elle est revenue à Mana. Elevée par sa maman et son beau-père, elle aimait particulièrement la lecture. A l’âge de 16 ans, Man Vévé s’est rendue à Paul Isnard. Ce fut son premier séjour sur ces terres et elle y conçut sa fille, Myrella DANIEL en 1931. En 1933, Man Vévé s’est installée à Saül car : « comme travail, il n’y avait rien à Mana et à Cayenne, et pour rien au monde, elle ne voulait quitter sa Guyane ». Elle s’y rendit donc avec une colporteuse qui l’engagea pour l’aider dans son magasin. Quelques temps plus tard, alors que son amie colporteuse décidait de rentrer à Mana, Man Vévé choisit, elle, de rester dans les hauteurs et s’installa dans un petit village appelé le Bas de Cambrousse. Là, Man Vévé appréciait la vie qu’elle menait. Elle écrit dans Man Vévé raconte : « La vie des bois me plaisait, je travaillais comme un homme, j’allais à la chasse avec mon compagnon et je l’accompagnais à son chantier ». Après six années à Saül, Man Vévé est revenue à Mana. C’était le début de la deuxième guerre mondiale. Man Vévé a retrouvé sa mère en pleurs, car son beau père : « était parti à Cayenne pour être mobilisé ». Man Vévé habitait alors à Sophie, et de son séjour dans ce village, elle a conservé des souvenirs magnifiques et d’autres, plus tristes. Dans son livre, elle dit se souvenir avoir vu deux hommes se battre après la messe pour une histoire de jalousie, elle se souvient aussi avoir vu à Sophie : « le plus beau troupeau de taureaux, nourri à l’herbe des abattis. C’étaient des animaux énormes et pourtant très doux ; on passait au milieu d’eux sans crainte ». En 1942, Man Vévé a passé son deuxième séjour à Paul Isnard. Elle y a vécu des moments de pur bonheur, comme les fêtes de Noël et de Pâques qui : « duraient presque huit jours ». En 1949, après la visite de Monsieur Vignon, alors préfet de la Guyane, Man Vévé : « prit ses cliques et ses claques et quitta le village de Sophie ». Peu de temps après, le bureau minier s’installa à Mana. Man Vévé a occupé plusieurs postes avant d’entamer sa retraite et de se lancer dans la politique. Elle a travaillé chez les sœurs Saint-Joseph, pour Monsieur Jean Saïd (elle s’occupait du potager), et à l’Acarouany en tant que cuisinière. Ce fut son travail. Après celui-ci, elle prit sa retraite et commença une carrière politique en tant que conseillère municipale de 1983 à 1989. Elle a été, entre autres celle qui permit à Mana d’obtenir son propre bureau d’aides sociales.

Femme de caractère, elle suivait toujours ses idées, même dans les situations où elle se retrouvait contre des amis ou des membres de sa famille. Enfin, Man Vévé était une femme qui aimait danser et s’amuser. Ainsi, on la retrouvait également dans les organisations carnavalesques. Man Vévé s’est éteinte le 21 juin 2001.

Le présentateur de la Nuit du Conte

« PAUL HENRI GERARD », 7ème édition

Raymond CHARLERY de Cayenne :

De la génération des Claude François, Richard Anthony, Johnny Hallyday, Franky Vincent, etc ...

C’est en décembre 1975, après une tournée croisière à travers la Caraïbe, Bahamas, Porto Rico, les Îles vierges, Curaçao, partant tous les 15 jours de Miami etc … que Raymond décida fermement de revenir au pays, prédisant pourtant à ses amis à ce moment là, une année précoce pour l’Outre-mer en 1976 en France. Ce fût le départ pour la Compagnie Créole, tous ses amis, dont David Martial qui éclata avec « Célimène », Michel Sidney etc ...

Sa décision de retourner à la source était forte, allant jusqu’à refuser des contrats pour la Tunisie et la Suisse.

Il connu Michel Drucker à ses débuts et le retrouva lors de son passage en Guyane en 1987.

En décidant de rentrer en Guyane, dès 1976 Raymond commença une carrière Radio Télé, révolutionnant tous les clichés de cette institution à cette époque, avec des émissions populaires. Amoureux des émissions de terrain, il balada en pionnier ORTF, FR3 puis RFO dans tout le pays, en passant par Maripasoula, Saül, Camopi et toutes les Communes du littoral, de Saint-Georges à Saint-Laurent en passant par Mana.

Sa passion en ce temps là pour ce nouveau métier, lui fit négliger un peu sa carrière de chanteur. Il écrivit et fut chanté par Gérard Lavigny, Dany Play, Michel Barthès et même pour Mike Brant il écrivit une chanson que ce dernier n’eut hélas pas le temps d’enregistrer, le malheureux Mike s’étant suicidé juste avant. La chanson fut donc enregistrée quelques années après par Eric Romney « Je t’attendais dans ma Vie ». Cette chanson fut souvent plébiscitée lors d’une tournée de trois mois en Italie que Raymond fit avec douze autres pays, lui représentait la France.

Mais rêvant surtout de s’affirmer dans son Pays, il saisit sa chance au sein de RFO/ORTF Guyane où il exerça pendant 15 ans son talent d’animateur de musique et de chansons locales, sillonnant ainsi toute la Guyane à la découverte des cultures et chanson traditionnelles, contribuant ainsi à la communication d’une partie du savoir local.

Depuis plus d’un an, il a relancé la radio Pagany de Macouria, à qui il essaie de redonner ses lettres de noblesse d’antan. Alors Raymond, nous te souhaitons bonne chance, bonne route, réussite et surtout bonne santé pour ce nouveau challenge !!

L e Concours de contes et de récits 2010

Du mardi 28 septembre au vendredi 29 octobre 2010 au soir.

Ce concours est ouvert à tous, il s’agit de présenter un texte inédit, contes ou récits : imaginer un conte sur le thème « La magie et le spirituel dans le conte ». La Magie Spirituelle est l’art de faire des choses (d’apparence impossibles) par l’esprit. En théorie, tout ce que l’esprit imagine, un Mage Spirituel peut le réaliser.

Thème qui dans notre société d’hier et d’aujourd’hui,a toujours été objet de curiosité et de discorde.

Vos textes devront être envoyés avant le 29 octobre 2010 au soir, cachet de la poste faisant foi :

Soit par courrier à l’adresse suivante :

- ZIGZAG PROD’
- 14 rue Aurélien ATTRE
- 97360 MANA
- Soit par Internet : zigzagprod@wanadoo.fr
- Info line : 0694452772

LES CONTEURS DE EXTÉRIEUR INVITES :

Henri CYRILLE de Guyane

Né en GUYANE, Henri est établi en métropole depuis des années. Je veux croire au bonheur partout sous les cieux. Je veux croire en l’amour …. J’en ferais mon bonheur. POETE, HUMORISTE, COMPOSITEUR, ACTEUR : a tournée dans 2 films avec Christian CLAVIER, Rosy VARTE (ROCK AN TORA et Artur COHEN contre les apparences). Deux fois l’OLYMPIA 1ère partie de KASSAV,…. A crée son Restaurant cabaret à MONTMARTRE (ARMELLE et HENRI) pendant 32 ans. A tourné aux quatre coins de la FRANCE, le MAROC, TUNISIE, Espagne etc …. Plusieurs émissions de télévision, TFI -A 2 - FR3 - RFO PARIS -GUADELOUPE-MARTINIQUE. A été invité à 2 MIDI ACTUALITE pour chanter ARIANE. A enregistré plus de 180 CHANSONS, 1 album d’humour, 1 livre disque sur l’esclavage. Il parle, chante sa GUYANE, la fait découvrir aux autres à travers ses chansons. A reçu en 2009 le LINDOR D’HONNEUR pour une chanson patrimoniale (NOTRE TERRE LOINTAINE).

Alin LÉGARÈS, le conteur d’antan témoin de son temps. (Martinique) De sa prime jeunesse passée aux alentours d’une habitation, il s’enrichit du monde des contes, du tambour et du bèlè et du « danmié ». Très jeune il est attiré par le son des contes annonçant les veillées mortuaires et il brave les interdictions des ainés pour y assister. À onze ans lors d’une veillée, il séduit les anciens en se lançant dans la ronde du conte pour la toute première fois. Dès lors le conte se révèle à lui et devient sa passion. Alin LEGARES définit le conte comme une véritable fête de la vie à l’occasion de la mort. Pour lui le conte est non seulement une synthèse de l’oralité mais aussi une partition alliant la parole, le chant et la musique. Il décrit les conteurs comme des « chanteurs » de conte. Connu pour son humour souvent « acide », il nous donne à réfléchir sur notre quotidien et les maux de notre société qu’il observe avec une grande lucidité. Même si son imaginaire est vaste, le quotidien est la matière même de son inspiration. Il avoue se nourrir d’informations récoltées çà et là, à la télévision, la radio, la presse écrite, dans la rue, etc... Nombre de martiniquais connaissent et apprécient son illustre « journal dépalé ». Alin LEGARES a contribué par son implication dans la tradition à donner une dimension culturelle aux contes de veillées. Il est d’ailleurs l’un des rares conteurs modernes à avoir officié dans les veillées d’antan. Véritable conteur dans l’âme, il n’hésite pas à rentrer dans son personnage, il se retrouve alors à chanter, danser, mimer, jouer… Son seul baromètre est alors son public : « Si mon public décroche alors je place une virgule, un peu de sauce, …comme un félin je joue avec lui. » Également homme de théâtre, il parcourt plusieurs pays parmi lesquels la Guyane dans les années 1990.

Lukuber SEJOR (Guadeloupe)

Né le 27 mars 1948 à Calvaire Sainte-Anne, Bastion des Maîtres-chanteurs de veillées mortuaires, pas loin des Grands-fonds, il a été élevé par sa grand-mère Stéphanie, avec ses grandes-tantes et son oncle Ton-Paul, joueur de triangle. Son cousin Christian, fils d’une des grandes-tantes appelée Philogone, était l’ami de Vélo, le Maître Ka. C’est ainsi que très tôt Michel (nom savane) se retrouve nez à nez avec ce grand tambouyé Vélo.

Grâce aux soins de sa grande-tante Louise, alors servante chez les prêtres de Douville et de Sainte-Anne, il grandit, dans un univers religieux.

En 1969, il prend le bateau italien IRPINIA pour la France. Là bas, il retrouve ses amis musiciens de Sainte-Anne : les frères Vamur et autres … Crédo : la musique rien que la musique du pays ! Il étudie diverses philosophies, politiques et religieuses, qui l’ont enrichi dans sa démarche musicale et mûrit sa réflexion sur les fondements de la société guadeloupéenne ; la musique devient pour lui une voie de libération de l’esprit d’où le premier album « Spiritual Sound », Mizik filamonik (Kal a bato la).

En 1980, il vit son retour au pays comme une renaissance. En 1992, il crée le groupe « Vwa pou louwé ka », pour redonner à la musique de Gwoka son caractère sacré. Sa particularité est que la voix est utilisée officiellement comme instrument rythmique. Et depuis, Lukuber et « Vwa pou louwé ka » contribuent à l’élargissement de la mosaïque sonore de la musique contemporaine, toujours dans le respect des rythmes traditionnels. Ses œuvres fortement marquées par son héritage reflètent un caractère poétique et mélodique original..

Auteur, compositeur interprète de talent, il est l’une des figures les plus représentatives de la Culture Guadeloupéenne. Son travail créatif se démarque par l’originalité même du personnage. Partant de l’idée qu’il emprunte comme il le dit de Loyson, chaque chose existe par rapport à autre chose. Sa théorie des rythmes, laquelle selon lui conditionne chaque peuple, donne à son œuvre une dimension spirituelle qui réconcilie l’histoire, l’homme et le quotidien. Il a su mettre son énergie créative au service d’une pédagogie artistique pour les enfants par exemple en mathématiques et en français pour ne citer que ceux-là. Il aide aussi les jeunes à formaliser leurs projets musicaux. Son groupe « Vwa pou loué ka », plus qu’un ensemble vocal est une véritable école d’apprentissage des rythmes au service de l’épanouissement de l’homme guadeloupéen.

Toumani KOUYATÉ (Burkina Faso)

« La parole est un lac profond »

« Grand, mince, passionné et passionnant. Il porte dans ses yeux l’immensité de la terre africaine. A 38 ans seulement, il est déjà un véritable sage, avec l’air de quelqu’un qui est revenu de tout et qui a tout compris. Plein d’humour, ce personnage fascinant maîtrise parfaitement l’art de dire, d’exprimer même la part la plus profonde d’un homme avec des paroles simples, touchantes et néanmoins pertinentes. Pourtant c’est avec modestie qu’il confie : « Être conteur est l’un des métiers les plus difficiles, car dans beaucoup d’autres métiers, tu peux réparer ou faire disparaître tes sottises. Mais tu ne pourras jamais réparer les conséquences des mots qui sont sortis de ta bouche. »- La Montagne 2003 – Dragan Perovic.

Jean-Bernard IFANOHIZA (Île de la Réunion)

Né le 7 février 1963 à Saint Denis, Ile de La Réunion, il a fait l’école du Théâtre Talipot, puis a été formé en tant que conteur par Hassan Kouyaté et par Hamed Bouzzine. Il est également soutenu par Manféï Obin. "Jean-Bernard, qui parcourt la scène - ou ce qui en tient lieu - avec une énergie endiablée, entame sa première histoire. Voyez-le qui renifle et s’essuie longuement le nez de son bras : plus vrai que nature. Voyez-le qui braille comme une marmaille qui tremble devant sa maman ... Puis il lance à rythme soutenu ses sirandanes auxquelles le public répond avec enthousiasme. Et le voilà qui s’embarque dans une impossible’’ histoire de ‘’... un régal !


Aloysius KAJOERAMARI (Surinam)

Né en 1930 au village de Kalawasi Undi (Galibi), au Surinam, en face de Yalimapo, ìYonkumanî (Le jeune homme) a été Yopoto Pokolonon (chef coutumier adjoint) de son village dès l’âge de 25 ans et pendant 40 ans. Son père et son oncle étaient des conteurs avertis qui lui ont transmis la mémoire du conte kali’na.

Enfant, il les écoutait sans fin ni repos, sans point ni virgule ; il se lance auprès d’eux dans la grande ronde universelle des conteurs. Aujourd’hui, il est le seul conteur kali’na du bassin du Maroni à conter lors des epekodonon (veillées mortuaires). Sa renommée a traversé les frontières de son petit village de Kalawasi Undi. Conte en kali’na

Les conteurs de la Guyane :

- Mme Marie-louise BARTHELEMY, dite : « MALOU » (Sinnamary)

- Mme Floriette METHON (Sinnamary)

- Mr Hugo COÊTA (Cayenne)

- Mr Claude BAUMANN (Mana)

- Mme MAYI ESSI Florence (Cayenne)

- Mme Eveline PERIGNY (Mana)

- Mr Rémy AUBERT (Mana)

COMÉDIEN INVITÉ :

Roger VAITI (Guyane)

Né le 11 octobre 1948 à Cayenne, il est comptable depuis trente ans à la chambre de Commerce. Roger VAÏTI raconte volontiers sa jeunesse, au cours de laquelle, trop tôt, il dut assumer, en qualité d’aîné, ses responsabilités au sein d’une famille nombreuse. Ses études de comptabilité terminées, il faut travailler, il faut un métier sérieux. Il se croit timide et pourtant, c’est à l’école que lui est venu le goût du théâtre. Il se rappelle les séances de lecture que déjà il aimait ; et lorsqu’il devait à son tour être un des personnages du Cid ou des Plaideurs, il oubliait, pour un instant, toute angoisse devant ses camarades de classe. Plus tard, il viendra retrouver son instituteur. Souvent il sera là, en spectateur, pour assister à ces fêtes récréatives données en fin d’année scolaire et lorsqu’on lui proposait un rôle, il s’enfuyait. La timidité ne l’avait toujours pas quitté. Et pourtant, un camarade souvent absent et voilà Roger VAÏTI qui le remplace et, peu à peu, avec l’habitude, il trouvera sa place. Alors, voilà comment l’on prend le goût des planches et comment l’on oublie le temps d’un spectacle, l’angoisse d’être devant un public. Roger avait quinze ans ! Le temps passe, il continue à jouer ces rôles de comique et même lorsqu’il s’agit d’un personnage plus sérieux eh bien, il déclenche, par son interprétation, les rires. Puisque le rire est là, c’est tout naturellement qu’il en vient à interpréter des sketches, à les écrire lui-même et continue à exercer sa profession de comptable ! En 1964, il est membre fondateur de l’association « Le club des jeunes de Mirza ». Pendant neuf ans, la troupe fait des tournées avec, à son répertoire, des pièces d’auteur français, dont « Courteline ». Cette année là elle produira, avant les grandes vacances, « Cyprien sorcier malgré lui », une adaptation d’Alex BOICEL En 1976, Roger VAÏTI interprète des textes d’écrivains guyanais comme Michel LOHIER, Elie STEPHENSON et bien d’autres. Puis c’est la rencontre avec Viviane EMIGRÉ, avec laquelle il se produit dans plusieurs sketches humoristiques, en Guyane, en Martinique et dans l’Hexagone. Un disque marquera le fruit de leur collaboration. Roger VAÏTI participe à des spots publicitaires, des courts métrages. Enfin, il fait partie, en 1989, des comédiens qui, sous l’égide de l’ARDEC, représenteront la Guyane au Festival de la Francophonie de Limoges et au Festival de Fort-de-France. Le voilà acteur, dans le film d’Alain MALINE « Jean GALMOT aventurier ».

Mais Roger VAÏTI ne se contente pas de jouer les amuseurs. Il fait passer des messages auprès des jeunes et c’est encore une fois l’humour, le rire qui va lui servir de support. EN 1991, il met en place une troupe théâtrale avec de jeunes comédiens. Mieux que de longs discours, les jeunes jouent avec lui et c’est cela qui lui plaît. Avec eux, il parle de l’alcool, de la drogue, du suicide, du SIDA, de la violence. Avec eux aussi, il crée la Troupe Théâtrale Jeunes Espoirs.

La résidence d’artistes et de la parole !(voir la page sur le site)

Cette résidence aura pour objectif, la rencontre de quatre univers musicaux différents dans leurs expressions mais ayant la même vocation existentielle, c’est-à-dire :

- 1 La transmission d’un message
- 2 La recherche musicale
- 3 Un laboratoire et une réserve inépuisable mélodique
- 4 La sauvegarde et l’accompagnement à l’apprentissage musical

Le village Paddock à Saint Laurent, reste pour nous le départ d’un foisonnement musical et de recherche pour l’avenir de notre pays.

Au programme :

- 1. Début des travaux : le samedi 23 octobre 2010 à 11h30.
- 2. Fin des travaux : le vendredi 05 novembre 2010 au soir, au Village Paddock de Saint-Laurent du Maroni.
- 3. Restitution des travaux le samedi 06 novembre 2010 à 20h00, lors de la Nuit du Conte PAUL HENRI GÉRARD, Place Yves PATIENT, à Mana.

LES ARTISTES DE LA RÉSIDENCE, (voir la page sur le site)

KALI (Martinique)
BÉLO (Haïti)
TAMUTOE (ST LAURENT)
Stéphane VERIN (CAYENNE)

Table ronde (voir la page sur le site)


Le mardi 02 novembre 2010 À 11h00 au Musée des cultures guyanaises Table ronde autour du thème : « La magie et le spirituel dans le conte ».

Animé par Mme Christine LANGOT (Île de la Réunion)


Programme de la nuit du conte Paul Henri Gérard, 7ème édition

Avec le Burkina Faso, Haïti, le Surinam, la Réunion, la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane.

- 

Présenté par Raymond CHARLERY


-  19H20 Accueil des conteurs et des invités,
-  19h30 Vin d’honneur avec Mr le Sénateur/Maire à la salle des fêtes de la Mairie de Mana
-  19h35 Concert du groupe TAMUTOE
-  20h05 Ouverture par Madame Tom DINGUIOU Présidente du jury, annonce des vainqueurs du concours de contes et de récits 2010 avec la collaboration des éditions Ibis Rouge.
-  20h10 Début de la Nuit du Conte Paul Henri Gérard 7ème édition

-  20H15 Hugo COETA (Guyane)

-  20H30 Claude BAUMANN (Mana)

-  20H40 Aloysius KAJOERAMARI (Galibi, Surinam)

-  21h00 Roger VAITI (Comédien de Guyane)

-  21h10 Floriette METHON (Guyane)

-  21h20 Jean-Bernard IFANOHIZA (Ile de La Réunion)

-  21h35 Mayi Essi Florence (Guyane)

-  21h45 Eveline PERIGNY (Guyane)

-  22H10 Alin LEGARES (Martinique)

-  22h25 : Résidence artistique Avec La participation de : BELO (Haïti), KALI (Martinique), TAMUTOE (village Paddock) et Stéphane VERIN (Guyane).

-  22h55) Malou (Guyane)

-  23H15 Toumani KOUYATÉ (Burkina Faso)

-  23H40 Lukuber SEJOR (Guadeloupe)

-  00H00 Henri Cyrille (Guyane

-  00H35 Rémy AUBERT (Guyane)

-  01H05 CONCERT de KALI (Martinique)

-  02H00 Scène ouverte aux conteurs

Entrée gratuite !

L’atelier d’initiation à l’art du conte au petit Auditorium de l’ENCRE à Cayenne le mardi 2 novembre 2010 (voir la page sur le site).

Tarifs des spectacles à l’ENCRE
- Spectacle de conte pour enfants
- Le mercredi 03 novembre 2010
- À 10h00 à l’ENCRE à Cayenne
- Avec Jean-Bernard IFANOHIZA (Île de la Réunion). Pré vente : 5€
- Tickets en ventes à Musique Music

- Réservation :
- Bd Jubelin à Cayenne
- 0594296969
- Spectacle de conte pour tout public
- Le mercredi 03 novembre 2010
- À 20h00 à l’ENCRE à Cayenne
- Avec Toumani KOUYATÉ (Burkina Faso), Henri CYRILLE (Guyane)
- Lukuber SEJOR (Guadeloupe), et Eveline PERIGNY (Guyane).
- Pré vente : 15€
- Tickets en ventes à Musique Music
- Sur place : 20€

- Réservation :
- Bd Jubelin à Cayenne
- 0594296969
- Bélo en concert
- Le Mardi 09 novembre 2010
- A 20h00 au Zéphyr à Cayenne
- avec en invité « Kali ». Pré vente : 20€ Tickets en ventes Musique Music Sur place : 25€

Infos pratiques à Mana Hébergement :

La maison familiale Rurale


- Chemin Départemental
- 97360 Mana
- Téléphone : 0594343567

VAN DEN BERG HERMAN


- PK 26 AV Paul BERTHELOT
- 97360 MANA
- Téléphone : 0594348105

Auberge du bois diable


- Village Javouhey 8 avenue YA et SIONG
- 97360 Javouhey
- Téléphone : 0594341935

Les restaurants :

Le BUFFALO


- 36 rue Javouhey 97360 Mana
- Tél. : 0594344280

LE MANOA DEL DORADO


- 2 rue Javouhey
- 97360 Mana
- Tél. : 0594348197

Auberge Awala AUBERGE DE JEUNESSE SIMILI


- Bourg Yalimapo
- 97319 AWALA-YALIMAPO - Guyane
- Téléphone : 0594 34 16 25 begin_of_the_skype_highlighting 0594 34 16 25 end_of_the_skype_highlighting begin_of_the_skype_highlighting 0594 34 16 25 end_of_the_skype_highlighting

Les partenaires

- La Mairie de Mana
- La DRAC Guyane
- Le Conseil Régional
- Le Conseil Général
- La Communauté de Communes de l’ouest de la Guyane
- L’OCRG
- Le Parc Naturel Régional de la Guyane
- La Mairie de Sinnamary
- SELECTOUR OUEST VOYAGES GUYANE
- Le Comité du Tourisme de la Guyane
- Le Centre de Culture et de Loisirs de Saint Laurent du Maroni
- La Mairie d’Awala-Yalimapo
- La Radio Ouassailles de Mana
- Les éditions Ibis Rouge
- Le Musée des Cultures Guyanaises
- UNIFIPECHE
- Imprimerie CCPR
- Musique Music
- RFO Guyane
- RLM.100FM
- Radio Mosaïque
- GWAYANA Arts et spectacles
- France-GUYANE
- Radio PAGANI
- Semaine Guyanaise

- INFO LINE : 0694 45 27 72
- www.zigzagprod.fr
- www.manaalaloupe.com
- zigzagprod@wanadoo.fr


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP